La culture maraichère : le dernier espoir de Abzèta Salgo après une campagne humide jugée ‘’catastrophique’’
Publiée le 28 mars 2022

Abzèta Salgo est l’un des 150 producteurs qui exploitent le périmètre maraicher du village de Kènèmènè situé dans la commune de Oula, province du Yatenga, région du Nord. Dans ce site maraîcher vieux d’à peine trois ans, plusieurs spéculations telles les courgettes, les concombres, la pomme de terre, les oignons sortent de terre.

L’esprit de combativité qui anime cette mère de six enfants, demeure perceptible de par son acharnement au travail de maraîchage, son seul espoir de l’année pour que sa famille ne manque de quoi se nourrir après s’être sortis les mains vides d’une campagne humide difficile.

« Cette année, la saison pluvieuse a été particulièrement très mauvaise car nous n’avons rien récolté de nos champs », se souvient douloureusement Abzèta Salgo, les yeux rivés vers le ciel comme pour implorer la clémence de dame nature pour les campagnes à venir. « Nous n’avons absolument rien récolté », insiste-elle, visiblement attristé par ce sort. « Et pourtant, nous avons fait un travail harassant ; nous avons bravé la pluie, le vent, le soleil ardent pour emblaver nos champs, mais nous en sommes sortis bredouilles. Même pas un seul grain de céréale dans nos greniers ». Après un silence pensif, elle indexe les champs situés à quelques encablures du périmètre maraicher. « Regardez, ce champ, rien n’y est sorti », s’exprime-t-elle dans une déception indescriptible. Puis la conversation se poursuit à cœur ouvert. « Nous cultivons aussi du riz dans les bas-fonds. Nous y avons mis du fumier, mais malheureusement, là aussi, c’était aussi la catastrophe car nos efforts n’ont pas payé. Nous nous sommes retrouvés avec de l’herbe à la place du riz car ça n’a rien produit ». Comme pour attester de la véracité de ses propos, Abzèta Salgo les illustre par des exemples concrets. 

« Regardez là », en indexant un bâtiment. « Les femmes se sont regroupées en coopérative et étuvent chaque année du riz à pareil moment ici pour vendre. Vous ne les avez pas trouvées en ces lieux en raison de cette infructueuse saison pluvieuse », se défend-elle.

Toutefois, malgré cette traversée du désert dépeint avec tristesse, la quadragénaire semble encore tirer ses forces, sa motivation et son sourire dans le maraîchage, seul recours au regard du contexte. « Majoritairement femmes exploitantes de ce périmètre, nous travaillons sans répit pour contribuer à la charge de la famille car tout est cher. Nous payons déjà le sac de 100 kg de maïs à 25 000 FCFA et le riz de 25 kg à 10 500 FCFA. Je mets tout mon sérieux dans cette exploitation car de là doit sortir la semence et les fonds qui vont aider à chasser le spectre de la faim qui plane sur ma famille ». La courageuse dame n’oublie pas non plus les efforts remarquables des époux en ces moments difficiles. « Nos maris exploitent aussi de grandes superficies au niveau des barrages pour aider à payer les vivres ». Cependant, dans un ton comique, accompagné d’un large sourire, elle met en garde les hommes. « S’ils ne serrent pas la ceinture pour se donner à fond dans le travail, leurs femmes vont fuir les laisser », lâche-telle avant d’éclater de rire aux éclats.

Ce périmètre, à l’instar de 5 autres en exploitation est l’investissement de Help dans le cadre de sa mission de renforcement de la résilience et des moyens d’existence de la population Hôte et déplacée interne dans la région du Nord. 2 sites maraîchers relevant du projet Solidarité agissante pour un vivre ensemble entre personnes déplacées internes et populations hôtes dans les régions du Nord et du Centre-Nord sont également en cours d’aménagement dans la commune de Oula et Bassi au Nord.

390 jeunes et femmes produiront sur ces 2 sites maraichers dès la réception des travaux prévue à la fin du mois de mars 2022. En plus du potentiel productif offert par le projet, des outils de production composés de 390 arrosoirs, du petit matériel d’aménagement des parcelles, des semences et de l’engrais seront dotés aux bénéficiaires sur financement du Ministère fédéral allemand des affaires étrangères.

Mot de la Directrice Pays de Help
La vision de Help est un monde où tous les hommes, femmes et enfants peuvent vivre de manière autonome dans la dignité, la paix et la sécurité. Le contexte du Burkina Faso est marqué par un indice de (...)