Promotion de l’hygiène-assainissement au Sahel : Fin de défécation à l’air libre pour 5 villages
Publiée le 26 juillet 2021

Les villages de Débéré, Karga 1, Karga 2, Bomboel, Bayeldaga, respectivement situés dans la commune de Bani, province du Séno, région du Sahel sont désormais déclarés/certifiés Fin de la défécation à l’air libre (FDAL). Une commission d’évaluation composée des représentants du Haut-commissaire de ladite province, du Directeur régional de l’eau et de l’assainissement, des Directeurs provinciaux en charge de l’environnement et de l’éducation en plus du point focal WaSH de la mairie de Bani, des agents de santé des centres de santé de la province, des Organisations à base communautaire d’exécution (OBCE) et de Help a statué sur le sort de ces villages en mi-juillet 2021. Après une tournée d’observation des latrines dans les ménages/concessions tout en examinant le cadre/l’environnement de vie, la commission a salué l’effort des habitants des cinq (5) villages en les déclarant/certifiant FDAL. Sur neuf (9) villages évalués, quatre (4) ont été ajournés. Il s’agit de Djatou, Gorolkadjie, Bindéré et Goundéré.

Huit (8) critères d’évaluation ont prévalu à cette décision. Ils s’articulent autour des questions suivantes :

  • tous les ménages/concessions disposent-elles de latrines hygiéniques avec un système pour piéger les mouches ou pour les empêcher de pénétrer dans la fosse ?
    • Tous les membres des ménages/concessions utilisent-ils leurs latrines ?
    • Tous les membres gardent-ils en permanence les latrines propres ?
    • Tous les ménages ont-ils des pots pour la défécation des enfants en bas-âge ?
    • Tous les ménages ont-ils un dispositif de lavage des mains installé à proximité des latrines avec du savon ou un substitut de savon ?
    • Toutes les écoles (là où il en existe) ont- elles des latrines et des dispositifs de lavage des mains ou un substitut de savon ?
    • Tous les centres de santé (là où il en existe) ont-ils des latrines et des dispositifs de lavage des mains ou un substitut de savon ?
    • L’environnement communautaire est-il généralement propre avec absence à 100% d’excréta dans les espaces ouverts (surtout les anciens lieux de DAL) ?


Le respect de ces critères par les cinq (5) villages (Débéré, Karga 1, Karga 2, Bomboel et Bayeldaga)leur a valu d’être élevé au rang des villages FDAL. La commission a également été impressionnée par ces villages qui ont œuvré au strict respect de la norme en matière d’assainissement exigeant que le nombre d’utilisateurs pour une latrine n’excède pas dix (10). Dans ces nouveaux villages FDAL, les ménages/concessions abritant plus de 10 personnes ont plus d’une latrine. « J’ai une grande famille d’au moins vingt (20) membres. Pour cela, j’ai construit deux latrines : une pour moi et les adultes, l’autre pour les jeunes et les enfants », indique Issa Hamidou de Bomboel, le nouveau village certifié FDAL.

Sur neuf (9) villages évalués, quatre (4), notamment Djatou, Gorolkadjie, Bindéré et Goundéré n’ont pas été reconnus FDAL pour non-respect des critères définis. Trois (3), à savoir Débéré, Karga 1 et Karga sont déclarés FDAL et les deux (2) autres (Bomboel et Bayeldaga) ont été certifiés pour avoir maintenu leur statut après une déclaration FDAL en 2019.

Diandé Fadima Hama, une habitante de Bomboel se souvient encore des anciennes pratiques peu hygiéniques de sa communauté. « Il y a quatre ans de cela, beaucoup de familles ne disposaient pas de latrines ici. Il était donc difficile de se frayer un chemin aux alentours concessions. Il y avait une prolifération des moustiques et des mouches et nos enfants ainsi que vieilles personnes tombaient malades plusieurs fois dans le mois. Mais actuellement, les choses ont évolué. Toutes les concessions ont des latrines et les enfants tombent rarement malades. Nous ne sommes plus prêts à retomber dans nos anciennes habitudes », s’exclame-t-elle.

A Assétou Hama Dicko, ressortissante de Débéré de renchérir : « nous sommes témoins de ce que l’hygiène et l’assainissement ont apporté en termes d’amélioration de la situation sanitaire des membres de notre communauté. Nous prenons donc l’engagement de poursuivre l’éducation de nos enfants dans la propreté, en surveillant ceux en bas âge pour qu’ils continuent de déféquer dans les pots. Nous allons aussi les laver, laver leurs mains au besoin et nettoyer régulièrement nos cours », décide-t-elle.

Pour Boureima Amadou Dicko, leader communautaire et Conseiller villageois de développement de Débéré, ce résultat est le couronnement de trois années d’efforts collectifs au sein de sa communauté en vue de mettre fin à la défécation à l’air libre. La stratégie de l’Assainissement total piloté par les communautés (ATPC) entamée depuis 2019 par Help a donc porté des fruits. Sous l’impulsion du Projet d’Appui au plan de passage à l’échelle des pratiques optimales d’Alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE) et d’ANJE en situation d’urgence dans la région du Sahel, l’initiative portée par la communauté qui s’en est appropriée se montre pérenne au regard de la détermination de la population à maintenir l’état FDAL de leurs villages respectifs en vue d’attirer d’autres localités par l’exemplarité dans la promotion de l’hygiène et de l’assainissement. Ce projet a bénéficié de l’appui financier de l’UNICEF.

Mot de la Directrice Pays de Help
La vision de Help est un monde où tous les hommes, femmes et enfants peuvent vivre de manière autonome dans la dignité, la paix et la sécurité. Le contexte du Burkina Faso est marqué par un indice de (...)