Approvisionnement en eau potable : 15 forages équipés pour réduire la corvée d’eau chez les déplacés internes et les ménages hôtes
Publiée le 13 avril 2021

L’accès à l’eau potable demeure un enjeu de taille pour le développement socio-économique du Burkina Faso en général et celui des zones rurales en particulier. Passer toute la journée, et même une partie de la nuit à la recherche de ce liquide précieux relève de la routine pour de nombreuses femmes et filles, traditionnellement soumises au quotidien à la corvée d’eau aux fins de couvrir les besoins en eau de leurs familles. Pour raccourcir le temps consacré à la recherche de l’or bleu et réduire la distance à parcourir pour près de 5 000 personnes, Help a, en 2 ans, installé 15 forages équipés au Nord et au Centre-Nord du Burkina Faso.


La dégradation de la situation sécuritaire au Burkina Faso a compliqué l’accès déjà très limité aux services sociaux de base pour de nombreux ménages surtout pauvres. Fuyant les violences, les conflits, près de 1 121 960 personnes (selon les données de février 2021 du Secrétariat Permanent du Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation) se sont déplacées vers d’autres localités d’accueil aggravant ainsi les difficultés d’approvisionnement en eau potable. « Nous avons fui les violences à Nagraogo pour trouver refuge ici à Barsalogho. Quand nous sommes arrivés, le problème d’accès à l’eau s’est posé avec acuité. On se déplaçait à Tatoukou, à Darkoi, Kondibito, Bibré et dans les villages voisins situés entre 6 et 13 Km de Barsalogho pour nous approvisionner en eau pour la cuisine, la vaisselle et les autres besoins », raconte dame Marceline Sawadogo, une déplacée interne. Abondant dans le même sens, Karim Sawadogo, un autre déplacé interne, gestionnaire de forage, explique : « à notre arrivée ici à Banguinin, secteur 3 de Barsalogho, il n’y avait pas d’habitation. Maintenant, près de 10 000 ménages déplacés internes y résident. Ce qui a compliqué l’accès à l’eau potable. Nos ânes sont morts dans la corvée d’eau. A force de tirer quotidiennement les charrettes d’eau alors que nous n’arrivons pas à les nourrir convenablement, la quête d’eau a eu raison d’eux. On courrait permanemment le risque de dormir à jeun du fait du manque d’eau. C’est vrai que nous avons fui les armes, mais, la soif risquait de nous emporter ». Pour limiter la corvée d’eau et réduire ainsi la charge de travail des femmes et des filles afin de leur permettre de consacrer plus de temps aux activités génératrices de revenus et aux études pour contribuer efficacement au développement socio-économique du pays, Help a, depuis l’aggravation du climat sécuritaire en 2019, construit 15 forages positifs équipés de pompes à motricité humaine dont les débits sont compris entre 1 m3 et 5 m3 à proximité des habitations. Ces forages qui ont coûté environ 75 millions de francs CFA ont été réalisés au profit des PDI et communautés hôtes des communes de Pissila, de Barsalgho, de Tougouri au Centre-Nord et de celles de Koumbri, de Thiou, de Barga, de Oula, de Leba, de Bassin au Nord du pays. Dans ce contexte de crise sanitaire marquée par l’expansion de la COVID-19, l’or bleu constitue sans doute une denrée indispensable à la limitation de sa propagation d’où la nécessité d’œuvrer à en faciliter l’accès.

« Nous saluons l’implantation de ce forage par Help à quelques pas de nos concessions qui a enlevé une épine à nos pieds. Ce forage a véritablement transformé qualitativement notre quotidien. Les longues queues d’attente pour puiser l’eau potable sont présentement réduites », s’exclame M. Sawadogo.

Pour réduire également le péril fécal lié au manque d’assainissement dans les localités d’accueil, 237 latrines ont été réalisées au profit de 1 659 personnes déplacées internes et populations hôtes. « La latrine que vous voyez est l’œuvre de l’ONG Help. A travers elle, c’est notre dignité qui se trouve recouverte », se réjouit Aguiratou BAMOGO, une déplacée interne de la commune de Boussouma.

Toutes ces réalisations dans le domaine de l’eau, l’hygiène et l’assainissement ont été possible grâce au Projet de secours d’urgence et de relèvement des personnes déplacées internes et des ménages hôtes dans les régions du Nord et du Centre-Nord qui a pris fin en décembre 2020 et du Projet Solidarité agissante pour un vivre ensemble entre personnes déplacées internes et populations hôtes en cours d’exécution. Ces projets ont été financés par le Ministère fédéral allemand des affaires étrangères et sont mis en œuvre en collaboration avec les services déconcentrés et décentralisés ainsi que des partenaires locaux de Help.

Mot de la Directrice Pays de Help
La vision de Help est un monde où tous les hommes, femmes et enfants peuvent vivre de manière autonome dans la dignité, la paix et la sécurité. Le contexte du Burkina Faso est marqué par un indice de (...)