Crise sécuritaire au Burkina Faso : Help redonne espoir à 7 700 déplacés internes
Publiée le 17 novembre 2020

Soulager la souffrance des êtres humains en détresse où qu’ils se trouvent, sans distinction de race, de sexe ou d’ethnie. Intervenir partout où la vie est menacée au nom de la solidarité humaine, dans le respect de la dignité humaine ; promouvoir l’aide qui rend autonome, qui relève ceux qui sont ruinés, qui aide les populations à prendre en charge leur propre destin. Telles sont entre autres les valeurs défendues au quotidien par Help. C’est cette philosophie qui a prévalu à la mise en place du Projet de Secours d’Urgence et de Relèvement des personnes déplacées internes et des ménages hôtes (PSUR) au Centre-Nord, dans les communes de Barsalogho et de Pissila ainsi qu’au Nord, dans les communes de Thiou et de Kaïn, suite à la crise de Yirgou. Survenue en fin décembre 2018, cette crise a occasionné des centaines de pertes en vies humaines et des milliers de déplacés internes. Pour que renaisse l’espoir de vivre, Help a mobilisé plus de 1 082 329 050 francs CFA pour le financement des activités du PSUR. Ce projet réalisé avec l’appui financier du Ministère allemand des affaires étrangères est piloté par Nimbrata Julien OUEDRAOGO. Il a pour mission principale d’apporter un secours d’urgence aux personnes déplacées internes et de contribuer à leur relèveent.

Le Projet de Secours d’Urgence et de Relèvement des personnes déplacées internes et des ménages hôtes (PSUR) est né en février 2019 en réponse à la crise de Yirgou, pour apporter une aide d’urgence aux personnes déplacées et œuvrer à leur autonomisation. Après près de deux (2) années d’intervention, une multiplicité d’activités ont été exécutées au Centre-Nord (Barsalogho et de Pissila) et au Nord (Thiou et Kaïn) en vue de ‘’transformer les épreuves en perspectives’’ conformément au slogan de Help et par-delà, reconstruire des vies ‘’brisées’’.

La survie des déplacés internes, le combat de Help

Les interventions d’urgence du PSUR conduites par le Chef de projet Nimbrata Julien OUEDRAOGO et son équipe ont consisté de prime abord à couvrir les besoins vitaux en alimentation, en abris, en NFI (habillement, ustensiles de cuisine…), en eau potable des Personnes déplacées internes (PDI), et ce, dans le respect de la dignité de la personne humaine. Répondant à sa vocation humanitaire, Help, à travers le PSUR, a distribué du Cash alimentaire à hauteur de plus de 132 000 000 de F CFA à 1 100 ménages déplacés internes et appuyé les familles hôtes qui, au nom de la solidarité humaine, les ont accueillis chez eux. En plus, 1 100 abris temporaires de type sahélien repartis entre trois (3) communes (Pissila, Barsalgho au Centre-Nord et Thiou au Nord) ont été construits au profit des PDI. 

Dans un autre registre, il convient de relever qu’en situation de crise, les enfants payent souvent la plus lourde tribu en terme nutritionnel. Pour prévenir la malnutrition chez eux, Help, à travers le PSUR, a organisé des séances de dépistage au profit de 2549 enfants de 6 à 23 mois. 243 enfants atteints de malnutrition modérée et 36 enfants en état de malnutrition sévère ont été référés dans des centres de santé pour une prise en charge appropriée. Outre ces actions, 2270 enfants ont reçu chacun 2.5 kg de farine enrichie en 3 distributions par an au cours de 2019 et 2020.

Au chapitre des études scolaires, Help demeure convaincue que les enfants, bien instruits, constituent l’avenir du monde. C’est donc cette conviction qui a motivé la prise en charge de 500 élèves scolarisés dont 153 à Barsalogho, 147 à Pissilla, 200 à Thiou qui, du fait de la crise sécuritaire, s’étaient retrouvés ‘’hors-classes’’ faute de moyens financiers, face à des parents qui ont tout perdu. Ces élèves ont reçu des fournitures scolaires. De même, le paiement de leurs frais de scolarité a été assuré par le PSUR.

La question de l’eau potable est loin d’être reléguée au second plan du projet. Au total 6 forages ont été implantés dont 3 à Barsalogho, 1 forage à Nondin (Thiou), 2 forages à Pissila pour améliorer l’accès des populations hôtes et déplacées à l’eau potable.

La survenue de la crise sanitaire au Burkina Faso liée à la COVID-19 à partir de mars 2020 a remodelé les interventions d’urgence et commandé l’intégration des activités de sensibilisation sur l’hygiène, les modes de transmissions, les mesures-barrières anti-COVID-19 en vue d’éviter la propagation du virus dans les regroupements des populations. Les séances de démonstration de lavage de mains, les animations de porte à porte et celles publiques ont touché plus de 41 455 personnes. Outre cela, des dotations en équipements et produits anti-COVID (eau de javel 100 litres, 100 litres de solution hydro alcoolique, 140 DLM entre autres) ont été effectuées.

Promouvoir ‘’l’aide qui tue l’aide’’

Help, selon sa vision, ne prône pas l’assistanat des populations. Après donc tout appui d’urgence, elle prévoit des activités de relèvement pour autonomiser les populations bénéficiaires en vue de leur permettre de voler de leurs propres ailes.

C’est dans cette optique qu’au cours de la campagne agricole 2019-2020, 555 producteurs ont vu leur capacité se renforcer en matière récupération de 171,5 ha de terres dégradées pour la production agricole aux fins de reconstruire leur vie. L’accompagnement de Help s’est focalisé sur la formation des producteurs en techniques de production agricole, en techniques de récupération de terres dégradées (zaï et demi-lunes), la dotation de paquets techniques agricoles (intrants, équipement), d’un cash pour l’équipement agricole, d’engrais minéral, de compost et de semences améliorées entre autres.

Salfo SAWADOGO, un des PDI bénéficiaires des actions de Help dans la commune de Pissila en termes de récupération des sols témoigne : « on a tout perdu en fuyant les conflits. Mais le savoir-faire en matière de récupération des sols que j’ai acquis auprès de Help me permet d’exploiter de petites superficies que nous ont cédées nos familles hôtes pour de grands rendements. A mon retour dans mon village d’origine à la fin de la crise, je poursuivrai avec cette pratique agricole et je la lèguerai à ma progéniture car elle est très rentable ».

Les PDI qui faisaient de l’élevage leur gagne-pain n’ont pas non plus été oubliés. Le projet a appuyé 400 producteurs dont 200 au Yatenga et 200 au Sanmatenga à reconstituer leur capital animal en leur dotant d’un couple de petits ruminants tout en renforçant leur capacité en techniques d’élevage en vue de les aider à rebondir.

En période de crise sécuritaire, plusieurs femmes deviennent chefs de ménages en cas d’absence de l’époux (fuite, assassinat…). Nombre d’entre elles refusent la résignation et optent de se remettre au travail pour subvenir aux besoins de leurs familles. Dans sa démarche, Help a soutenu 200 femmes PDI à travers une dotation de fonds pour leurs Activités génératrices de revenus (AGR), et ce, à coût de 10 millions de F CFA.

Toutes ces interventions, en plus d’autres actions de sensibilisation sur la cohésion pacifique ont contribué à la prévention des conflits entre populations hôtes et PDI et au renforcement de la cohésion pacifique au Centre-Nord. En somme, le PSUR a œuvré à ‘’reconstituer des vies’’ grâce à l’accompagnement financier du Ministère Allemand des Affaires étrangères.

Mot de la Directrice Pays de Help
La vision de Help est un monde où tous les hommes, femmes et enfants peuvent vivre de manière autonome dans la dignité, la paix et la sécurité. Le contexte du Burkina Faso est marqué par un indice de (...)